Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Deux têtes brulées (Rush)

Mais oui, il y a eu bien d'autres rivalités en Formule 1 avant l'époque de Senna et Prost. Celle de James Hunt, le playboy britannique, et de Niki Lauda, le méthodique et froid autrichien, a connu son acmé durant la saison 1976. Grâce soit rendue à Ron Howard d'avoir su peindre de façon aussi réaliste et palpitante ce duel de géants trompe-la-mort. La dramaturgie réelle l'a beaucoup aidé. Le scénario était déjà écrit dans les faits avec ces rebondissements incessants et le tragique accident de Lauda en pleine course, qui le laissa défiguré. Si Hunt était une tête brulée, le pilote autrichien le devint au sens propre. Doté d'un tempo infernal, rythmé par les courses, Rush décoiffe en permanence, gorgé d'adrénaline. Que cela ne fasse pas oublier le travail époustouflant des deux acteurs, Chris Hemworth et Daniel Brühl, éclatants de vérité tous les deux. On tient là l'un des tous meilleurs films jamais réalisés sur l'univers impitoyable des courses automobiles.

 

21012297_20130613123919037.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg



30/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres